Ah ouai ?
et pourquoi pas nous ?

為人民服務 :  “Servir le peuple”

Lorsque la politique a atteint un certain stade de développement où elle n’est plus capable de se développer par elle-même, il éclate une guerre pour lever les obstacles apparus sur le chemin de la politique

Tous les événements sont enchaînés
dans le meilleur des mondes possibles
Cela est bien dit
mais il faut cultiver notre jardin...

Le pouvoir est d’infliger des souffrances et des humiliations. Le pouvoir est de déchirer l’esprit humain en morceaux que l’on rassemble ensuite sous de nouvelles formes que l’on a choisies.

Comment un homme s’assure-t-il de son pouvoir sur un autre ?
en le faisant souffrir, répondit-il.
Exactement. En le faisant souffrir. L’obéissance ne suffit pas. Comment, s’il ne souffre pas peut-on être certain qu’il obéit, non à sa volonté, mais à la nôtre ? Le pouvoir est d’infliger des souffrances et des humiliations. Le pouvoir est de déchirer l’esprit humain en morceaux que l’on rassemble ensuite sous de nouvelles formes que l’on a choisies.

Derrière tous les discours dont on nous rebat les oreilles à propos de l’énergie, de l’efficacité, du devoir social et autres fariboles, quelle autre leçon y a-t-il que “amassez de l’argent, amassez-le légalement, et amassez-en beaucoup” ? L’argent est devenu la pierre de touche de la vertu.

George Orwell

télétravail – lecture/révision – rubicube (saison 2)

écouter des gens s’auto-féliciter
comme des ministres macroniens
identifications primaires et secondaires
syndrome du glissement
et névrose d’échec

Par deux points
de non retour
file la ligne
d’un linceul